Ce qu’il faut savoir sur déficit foncier à Toulouse

Le déficit foncier, un acte assez méconnu des propriétaires, que l’on appelle aussi loi déficit foncier, permet d’effacer une partie des revenus fonciers de ses impôts. Le principal avantage de cette loi ? Elle n’entre pas dans le plafonnement global des niches fiscales et assure donc une défiscalisation des plus avantageuses. Découvrez ce qu’il faut savoir au sujet du déficit foncier à Toulouse.

Définition du déficit foncier à Toulouse

Le déficit foncier se définit par une réduction importante de ses revenus fonciers imposables.
Il possède la particularité d’échapper au plafonnement global des niches fiscales qui est pour sa part fixé à 10 000 euros par an.
On obtient le déficit foncier lorsque la totalité des charges déduites dépasse les revenus locatifs qui ont été générés. Le contribuable pourra alors retrancher ce déficit de l’ensemble de ses autres revenus, qu’il s’agisse de salaires ou de dividendes perçus.

Dans le cas où il reste un surplus malgré la soustraction, l’avantage fiscal restant pourra être reporté sur une durée maximale de 10 années.

Quels sont les avantages du déficit foncier à Toulouse ?

Le principal avantage que l’on peut reconnaître au déficit foncier à Toulouse est qu’il ne rentre pas dans le plafonnement global des niches fiscales qui est fixé à 10 000 € par an.
Avec le déficit foncier, les propriétaires pourront donc cumuler l’ensemble des réductions fiscales qu’ils ont perçu grâce aux autres lois de défiscalisation immobilières.

Pour sa part, le déficit foncier est limité à 10 700 € par an.
Ce sont donc en tout 10 700 € qui pourront être déduits sur le revenu global, et il sera alors possible de reporter l’excédent sur les années suivantes afin de cumuler les avantages fiscaux apportés dans d’autres niches fiscales.

Quelles sont les conditions pour profiter du déficit foncier à Toulouse ?

Pour pouvoir bénéficier du déficit foncier à Toulouse, certaines conditions doivent être respectées par les propriétaires.
Le déficit foncier s’applique effectivement selon des paramètres définis et des critères précis.
Ce dernier s’applique uniquement sur les immeubles ayant usage d’habitation ou qui ont été transformés pour le devenir.

Le propriétaire à obligation de louer l’immeuble sur une durée minimale de 3 ans avec obligation d’imposer ses revenus locatifs en régime réel.
La location de l’immeuble acheté par le propriétaire doit être permanente, mais aussi effective, impliquant que le local ne doit nullement être vacant.

Exemple de calcul du déficit foncier à Toulouse

Prenons l’exemple suivant : Un contribuable perçoit un revenu imposable de 40 000 € annuel en tant que salarié et est propriétaire d’un bien immobilier locatif.

Les revenus et charges du bien sont les suivants :

– Revenus bruts (loyers) : 5 000€
– Intérêts d’emprunt (“charges financières”) : 1 000€
– Charges (travaux, taxe foncière, etc.) : 7 000€
Il va falloir déduire les charges résultant des intérêts d’emprunt des revenus bruts :
5000 – 1000 = 4000 €
Puisque le résultat est positif, on va déduire les charges non financières :
5000 – 1000 – 7000 = -3000 €

Le résultat obtenu est négatif, on se retrouve donc avec un déficit foncier, le montant étant inférieur au plafond légal des 10 700 €.

Pourquoi investir en déficit foncier à Toulouse ?

La ville rose est considérée comme l’une des plus belles villes de France. Toulouse possède en effet un patrimoine remarquable, et une qualité de vie exceptionnelle.

Cette ville où il fait bon vivre bénéficie de magnifiques parcs et jardins, des marchés et de nombreux commerces de proximité, mais aussi d’une architecture unique et somptueuse.
La ville de Toulouse bénéficie également de nombreux autres atouts et d’un cadre de vie idyllique.
Une ville idéale pour investir en déficit foncier.

Ces sujets peuvent vous intéresser